S'identifier - Contact




 
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Excédés, les professionnels quittent le conseil spécialisé de FranceAgriMer

Réunis à Paris ce mercredi 15 mars, les représentants de la filière vitivinicole (VIF – CCVF – CNAOC - VinIGP – FNSEA – JA) ont décidé de quitter la réunion du conseil spécialisé de FranceAgriMer.

Face aux retards conséquents pris dans la mise en oeuvre du programme national viticole, ils expriment leur ras le bol et pointent du doigt la responsabilité de FranceAgriMer, du ministère de l’Agriculture et de la Commission
européenne.

Ils craignent qu’une partie importante des crédits européens ne soit pas utilisée, remettant en cause les investissements nécessaires à l’amélioration de la compétitivité de la filière, voire la pérennité du programme spécifique d’aides auquel ils restent attachés.

Depuis des mois, les professionnels manifestent de profondes inquiétudes quant aux retards de paiement des différentes mesures du programme national vitivinicole.

Sur le terrain, ils constatent de graves problèmes de trésorerie pour les entreprises et des reports d’investissements.
Malgré de nombreuses alertes, FranceAgriMer n’a pas mis en oeuvre les moyens suffisants pour surmonter cette situation. Cela risque de conduire au renvoi à Bruxelles d’une part substantielle de l’enveloppe budgétaire.

A cela s’ajoute l’incertitude sur la mise en oeuvre des mesures pour l’année en cours. La révision des textes communautaires en 2016, et les interminables allers-retours entre Paris et Bruxelles quant à leur interprétation, n’ont toujours pas permis la validation du programme national d’aide.

Une situation inacceptable pour les entreprises, alors même que la période de plantation débute, que les projets d’investissement sont prêts et que les campagnes de promotion pour 2017 auraient dû être lancées.

Face à cette situation, les membres du conseil spécialisé ont décidé de quitter la séance et appelé les pouvoirs publics, tant nationaux qu’européens, à assumer leurs responsabilités.
Pour Stéphane HERAUD, président de l’AGPV, « La situation est inacceptable. Il est indispensable qu’ils prennent enfin la mesure de l’urgence à débloquer la situation et apportent stabilité et visibilité aux opérateurs. »

Les professionnels réaffirment leur attachement au programme national, qui en son principe, constitue une politique active de soutien aux investissements de la vigne à la bouteille, et un des piliers de la compétitivité des entreprises de la filière.

Elise le 16.03.17 à 12:57 dans Actualités de la filière - Version imprimable
-


Enregistrer
Enregistrer

Recherche


Archive : tous les articles

Archives par mois

Liens utiles

















EnregistrerEnregistrerEnregistrer


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.