S'identifier - Contact




 
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Etiquetage nutritionnel : la filière Alcool trouve enfin un accord

Le secteur européen des boissons alcoolisées a présenté, lundi 12 mars, au Commissaire européen à la Santé, Vytenis Andriukaitis, le projet d’engagement commun concernant l’étiquetage nutritionnel et des ingrédients.
 
Après plus d’un an de négociation (parfois difficile!),  la filière alcool composé :du du secteur viticole, des spiritueux, des brasseurs industriels, des producteurs de cidre (CQFD : possédé en majorité par les brasseurs industriels !) ont fait preuve de ténacité et d’engagement, pour enfin aboutir à une proposition commune. Ces efforts ont été félicités à plusieurs reprises par le Commissaire Vytenis Andriukaitis.
 
La proposition est composée d’un document commun ou le secteur de l'alcool  s’engage sur des principes généraux  et  de 4 annexes sectorielles.
 
Confronté aux spécificités du produit et du secteur, le monde du vin européen a fait le choix d’une solution moderne pour bien informer les consommateurs et permettre à tous les acteurs du secteur, y compris aux plus petits vignerons, de mettre en place un nouveau dispositif.
 
Le secteur vin (principalement composé de PME) s'engage donc à fournir aux consommateurs  des informations nutritionnelles dématérialisées via internet.
Elles seront de deux ordres :
1-    La valeur énergétique, sur la  base de 100 ml ou portion (au choix de l’opérateur) par catégorie de vin.
2-    Les ingrédients
 
Ce qu’il faut savoir : Les vignerons n’ont pas à s’inquiéter : les informations nutritionnelles et les ingrédients seront  fournis sur la base de données typique ou moyenne pour chaque catégorie de vin (rouge, blanc, rosé, brut …), accessibles sur l’étiquette de vin. Le vigneron n’aura pas à donner ses éléments par cuvée ou par domaine, pas d’analyse par des labos, aucune nouvelle contrainte administrative.

Les informations nutritionnelles et la liste des ingrédients seront mises en ligne sur un site dédié et gérées par Wine in moderation. Cependant, si un vigneron souhaite fournir ses éléments sur ses bouteilles, il est libre de le faire.
 
De plus, le secteur du vin a demandé d’introduire cette proposition dans un cadre législatif, seul instrument permettant de préserver le bon fonctionnement du Marché Unique.

Maintenant la balle est dans le champ de la Commission européenne qui s’exprimera sur la solution proposée par les 7 organisations dans les prochains mois.

Elise le 19.03.18 à 16:02 dans Réglementation - Version imprimable
-


Enregistrer
Enregistrer

Recherche


Archive : tous les articles

Archives par mois

Liens utiles

















EnregistrerEnregistrerEnregistrer


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.